Et si on mangeait local ?

Depuis une quinzaine d’années, les circuits courts de commercialisation de produits alimentaires font leur grand retour en France. La vente directe par le producteur et l’approvisionnement local des artisans et petits commerces, pourtant millénaires, avaient en effet quasiment disparu au profit des supermarchés. Crises alimentaires aidant, et en particulier celle de la « vache folle », les consommateurs veulent aujourd’hui savoir d’où viennent leurs aliments et comment ils ont été produits. D’où un renouveau des pratiques anciennes, comme les marchés ou la vente à la ferme, mais aussi l’apparition de formes inédites, reposant par exemple sur Internet. Un mouvement finalement très divers et assez éloigné de l’image souvent réductrice véhiculée dans certains médias. Après avoir planté le décor historique, cet ouvrage se place délibérément du côté du consommateur curieux. Il répond à des questions quotidiennes : où puis-je trouver ces produits ? Sont-ils plus chers, moins chers, vraiment meilleurs de goût ? Quelle différence entre une Amap et la vente à la ferme ? Il élargit ensuite la réflexion aux implications de cette forme d’achat : quel effet sur l’emploi et l’économie locale ? Quel impact sur l’environnement et sur le paysage périurbain ? Quelles pistes pour toucher aussi les plus démunis ? Manger local : une « bonne idée » ou pas, finalement ?

Ce que les circuits courts vont changer dans mon quotidien

Patrick Philipon, journaliste et auteur, Yuna Chiffoleau, agronome et sociologue à l’Inra,

Frédéric Wallet, économiste à l’Inra. Préface de Nicolas Hulot – Edition Quae – 17 €